Touraine Planeur

La Machine

 

On distingue trois parties essentielles :
La voilure de 13 à 32 m d'envergure. Elle est constituée des deux ailes, ou “plumes”, qui assurent la sustentation. Elles portent les ailerons pour l’inclinaison.

Le fuselage partie centrale cylindroconique, de 6 à 8 m de long recevant à l'avant, la cabine de pilotage et par dessous le train d'atterrissage

L’empennage vertical et horizontal, il porte la gouverne de symétrie (de direction) et la profondeur.

 

 

Le cockpit est conçu de façon à ce que l’accès à toutes les commandes soit aisé.

  • le manche à balai : en avant et en arrière, il commande la profondeur (piqué, cabré) et latéralement, il commande les ailerons (l’inclinaison).
  • le palonnier : ce sont les deux pédales (réglables) qui commandent la gouverne de symétrie vers la droite ou vers la gauche.
  • le tableau de bord : il comprend au minimum les trois instruments de base : l'anémomètre (vitesse par rapport à l'air), le variomètre (vitesse de montée ou de descente) et l'altimètre. D’autres instruments “modernes” font tous les calculs et facilitent le vol. Il sont généralement équipé d'une radio pour la communication entre eux ou avec les organismes au sol.
  • A portée de main, se trouvent les commandes d'aérofreins, de manœuvre du train d'atterrissage, le largage du câble de remorquage, le verrouillage de la verrière, etc.