Touraine Planeur

Les travaux

 

Désentoilage et décapage sont terminés. Le travail " noble " a débuté après inspection de la machine par un professionnel, Patrick Siegwald.


Le fuselage a été positionné sur bâtis de façon à maintenir sa rigidité permettant la découpe de panneaux pour inspection, réparations éventuelles et vernissage de l'intérieur.


Le dernier propriétaire de ce C800 l'avait motorisé... La partie avant est à refaire entièrement : les trappes de refroidissement, les trous pour passer la tuyauterie d'essence, les traces d'huile, etc. ayant fragilisé cadres, lisses et panneaux de revêtement de la cabane



Après découpe minutieuse et décalque sur papier (quand c'est possible), ces pièces seront reconstituées et collées.


Le groupe de jeunes de la Paternelle, sous la direction et l'encadrement de Marc Pertuis, est motivé et très intéressé. Et c'est avec plaisir que nous exposons une aile de C800 et notre biplace Piwi 6 à la journée portes ouvertes de l'établissement à Mettray (2010).
 
Merci à eux mais, ne nous leurrons pas : si nous n'avons pas en parallèle quelques adhérents ou retraités bricoleurs passionnés, venus de l'extérieur pour les aider, le planeur ne volera pas avant de nombreuses années.
 
REJOIGNEZ - NOUS !
 
Michel Réthoré
tél 06 70 82 70 53
   

 

Sous les couches de peinture qui ont recouvert notre vieux planeur au cours des temps, nous avons retrouvé le numéro de série peint lors de la construction.

 

C'est donc bien le numéro 105 dont on retrouve l'histoire résumée dans le livre du Musée régional de l'air (GPPA) page 37.

    

 

 

Les apprentis du village des jeunes sont attentifs aux gestes du moniteur, Marc, chargé de la rénovation du C 800.

Petit problème ; le décapant que nous avons acheté ne convient pas du tout ! L'erreur est réparée et lors de la prochaine séance du mercredi, ça va gratter dur ! Notre vieux planeur va se retrouver tout nu bien rapidement !
 
 


 

Après la venue de Patrick Siegwald (en bas à gauche), les jeunes du village des enfants ont attaqué le chantier.

Désormais le fuselage est sur marbre et nous attendons la nouvelle visite du " patron ", le 25 novembre, pour savoir si le fuselage est bien immobilisé avant de démonter les formes avant.

Rappelons combien ces formes ont été martyrisées par des découpes diverses pour laisser les cylindres du moteur dépasser mais aussi pour laisser passer l'arbre d'hélice... Un démontage trop rapide pourrait entraîner un vrillage du fuselage !

    

 

 

 

Les découpes et trous divers sont bien nombreux dans les couples, membrures et autres.

Il nous faut donc impérativement reprendre tous ces éléments. Gros travail !

Ici, ce trou servait à laisser passer le tuyau d'alimentation de l'essence depuis le réservoir placé derrière la cloison de cabine, dans le dos des pilotes.

Cette membrure est à changer !